Innovation sociale et développement économique de l'entreprise


Logo IDée Consultants
banniere

Imprimer l'article image imprimante

Intouchables ? Ce n'est qu'au cinéma !

 

Il est très fréquent d'entendre des dirigeants d'entreprises affirmer qu'il est impossible de licencier un salarié dit « protégé » et donc selon eux devenu « intouchable ».

 

Cette affirmation est généralement renforcée par le récit d'un « cas » absurde ou scandaleux dont personne bien entendu ne peut vérifier les tenants et aboutissants exacts.

Loin de moi l'idée de prétendre que de tels cas n'existeraient pas, j'en connais (réellement et pas par ouï-dire) beaucoup plus que certains qui semblent aimer se faire peur avec ces affirmations.

Je voudrais juste partager avec nos lecteurs une information : cette affirmation se présentant comme une évidence est totalement contredite par les données officielles relatives à ces procédures.

 

Tableau article exho des tribunaux novembre 2015

 

Intéressant non ?

56 % des demandes pour motif disciplinaire ou professionnel (thème le plus sujet à litige potentiel) font l’objet d’une autorisation de l’inspection du travail. On est un peu loin de « l’impossible ! » paraissant évident à tant de gens « informés ».

De quoi s’interroger … sur quoi repose et surtout à quoi sert cette affirmation ?

Beaucoup de ceux qui y adhèrent sont de bonne foi, à tel point d’ailleurs que je me permets de prophétiser que nombreux seront ceux qui, en me lisant, penseront cette statistique manipulée …

J'ose quelques hypothèses :

  • Peut-être sert-elle à certains à justifier leur immobilisme ?

Allez, risquons en une autre :

  • Peut-être certaines entreprises s'accommodent-elles de représentants du personnel et de syndicats plus investis dans la défense de leurs propres petits intérêts et trouvent quelque intérêt à entretenir l'image d'une représentation du personnel dévoyée ?

Plus mesquinement humain il faut bien reconnaître que nous aimons bien tout ce qui conforte nos préjugés.
Pour les autres, ceux qui sont juste dans l'erreur mais de pure bonne foi, il est utile de savoir qu'on ne vit pas dans un pays de non-droit, et de ne pas écouter les rumeurs infondées.

 

Finalement donc que produit cette rumeur ?

Elle a pour effet, sinon pour objet, de diffuser une image délétère de la représentation du personnel qui ne peut que nuire au dialogue social en justifiant les attitudes de rejet de certaines directions d'entreprises et en détournant nombre de salariés de s'intéresser à leur propre représentation.

 

Connaître la réalité des chiffres permet de remettre les choses à leur juste place.

Il est juste, pour garantir le bon exercice du mandat, que les mandatés puissent s'exprimer sans crainte y compris par une opposition forte aux dirigeants de leur entreprise mais il est tout aussi indispensable que les abus puissent être sanctionnés et il est bon de savoir que c'est possible lorsque cela se produit.

Il n'est de l'intérêt de personne que les représentants du personnel soient muselés mais il serait tout autant dramatique qu'ils soient vus comme une caste d'intouchables et d'irresponsables abusant de la légitime protection qui leur est accordée, non pour exercer leur mandat dans l'intérêt des salariés, mais pour faire n'importe quoi.

Dans cette éventualité il est de la responsabilité de l'employeur, par équité vis-à-vis de tous et par souci de donner toutes ses chances au dialogue social, d'engager les procédures appropriées et de ne pas écouter ceux qui se complaisent dans des rumeurs.

 

Gilles Karpman

Newsletter n°54 - Novembre 15

 

Pour réagir bulle pour réagir

Partager

 

puce Accès  puce Mentions légales  puce Partenaires  puce Contact  puce Plan du site
 

Copyright © 2017
IDée Consultants

twiter L'équipe d'IDée Consultants, cabinet de conseil en Ressources Humaines et Relations Sociales accompagne en conseil et formation, les entreprises pour leur développement économique et social.