Innovation sociale et développement économique de l'entreprise


Logo IDée Consultants
banniere

Imprimer l'article image imprimante

De l'assurance chômage à l'assurance mobilité ?

 

Notre tout nouveau Président de la République a clairement annoncé son intention de réformer le Code du travail afin de donner plus de force à la négociation d'entreprise et de branche… Ça semble devoir aller dans le même sens que la Loi Travail et pourrait donc rencontrer le même enthousiasme populaire… mais comme on n'en sait pas beaucoup plus, j'attendrai avant d'aller plus avant dans les commentaires.

Ceci posé, dans le programme du candidat, une autre proposition relative aux relations de travail mérite l'attention.

 

Elle consisterait à ouvrir le droit aux prestations de l'assurance chômage d'une part aux entrepreneurs et d'autre part dans certaines conditions aux salariés démissionnaires. Cette idée me semble intéressante car porteuse de changements potentiellement importants pour la création d'emploi d'une part et les rapports employeur/salarié d'autre part.

Voyons du côté des entrepreneurs d'abord. La situation d'un patron de TPE n'a rien de comparable, sans aller jusqu'au CAC 40, avec celle d'un patron propriétaire ou à celle d'un mandataire professionnel.

Ouvrir à cette catégorie le droit à l'assurance chômage en cas d'échec, peut contribuer à faciliter la création de ces entreprises en sécurisant les candidats créateurs. N'oublions pas que les TPE sont, d'une part prises dans leur globalité, un très important gisement d'emplois et, d'autres part, pour certaines de belles réussites souvent innovantes.

Du côté des salariés maintenant, cette mesure risque de changer considérablement au plus profond les rapports employeur-salarié.

Le salarié subordonné hésite souvent à quitter un emploi dans lequel il se sent mal, ce qui conduit à diverses situations néfastes sur beaucoup de plans, allant de la dégradation de la performance de l'entreprise, à celle du climat social, et évidemment, thème devenu incontournable, aux troubles psycho-sociaux, (stress, burn out), violences au travail (harcèlement) et autres joyeusetés.

D'expérience, je peux témoigner de l'importance quantitative et de la gravité de nombre de situations : tel salarié démotivé œuvrera à contrecœur, un autre souhaitant quitter l'entreprise mais ne pouvant se priver de tout revenu, tentera de provoquer son patron à le licencier, de l'autre côté un patron ou un cadre harcèlera un salarié pour l'amener à quitter l'entreprise, etc.
Pour en sortir, on se retrouvera parfois pour mener une négociation truquée, on mettra en avant avec force attestations des souffrances réelles ou simulées ...

Le fait que le salarié ait le choix, ne serait-ce que tous les 5 ans, de quitter l'entreprise où il se sent mal, où il ne s'investit plus, voire pire, serait à la fois bénéfique pour l'entreprise et pour lui-même, sa santé …

On pourrait voir disparaitre nombre de situations qualifiées de stress intense ou de harcèlement, pas mal de démotivations, comme nombre d'arrêts maladies consécutifs à des relations devenues insupportables.

La transformation des relations de travail s'étendrait bien au-delà des cas de séparation effective. Le dialogue employeur/salarié serait plus sain, la subordination juridique inhérente au contrat de travail ne rimerait plus avec la soumission qu'impose parfois au salarié l'absence d'horizon personnel autre que ce que lui offre, et parfois inflige, son employeur.

Certains managers devront apprendre à accorder beaucoup plus de considération aux souhaits et besoins des « managés » s'ils ne veulent pas voir leurs insuffisances sanctionnées par des démissions rendues économiquement possibles pour les salariés.

Travailler dans telle entreprise serait, beaucoup plus qu'aujourd'hui, un véritable choix qui profiterait in fine à l'employeur comme au salarié.

Cela irait logiquement avec un accroissement de l'exigence en matière de recherche d'emploi, ce qui dans ce contexte serait loin d'être choquant.

En réservant mon jugement sur les autres mesures envisagées par l'équipe d'Emmanuel Macron, il me semble que celle-ci est intelligente car porteuse de relations de travail apaisées et plus efficaces.

 

 

Gilles Karpman

Newsletter n°67 - Mai 17

 

Pour réagir bulle pour réagir

 

puce Accès  puce Mentions légales  puce Partenaires  puce Contact  puce Plan du site
 

Copyright © 2017
IDée Consultants

twiter L'équipe d'IDée Consultants, cabinet de conseil en Ressources Humaines et Relations Sociales accompagne en conseil et formation, les entreprises pour leur développement économique et social.