Innovation sociale et développement économique de l'entreprise


Logo IDée Consultants
banniere

Imprimer l'article image imprimante

Le travail à distance : une voie royale ? 

 

Plusieurs constats assez évidents poussent à développer le télétravail.
D'abord il faut optimiser les espaces de travail, c'est évident, pour réduire les charges. Les open space y répondent en partie. Mais ils comportent des contraintes, il faut bien les aménager pour qu'ils soient bien acceptés, bref, c'est une solution insuffisante.

 

Si le travail est effectué au moins en grande partie au domicile, la question est différente. Il y a certes peut-être un peu d'investissement dans l'aménagement informatique, mais ce n'est pas grand-chose au regard des économies générées par le gain d'espace. Et les équipements disponibles permettent désormais de travailler dans de bonnes conditions en dehors de tout lieu de travail, ou en dehors de son lieu de travail habituel.

On peut désormais se téléporter n'importe où dès lors qu'on a une 4G qui fonctionne.
Téléphoner, tenir une conférence individuelle ou collective, tout devient possible, de façon simple et relativement peu onéreuse.

Le gain de temps de vie est un enjeu majeur. Gommer le temps de transport, surtout en agglomération, c'est gagner deux heures par jour, et combien de stress !
La vie familiale en bénéficie : le temps gagné bénéficie largement à la famille, et aux enfants

La productivité est souvent au rendez-vous : chez soi, ou dans un autre espace, on travaille au calme, plus concentré, sans les sollicitations inévitables des collègues, les demandes imprévues ou carrément intempestives. Bref, on travaille.

Le calme qu'on ne trouvait plus au travail, notamment dans les open space, on le trouve chez soi. Contre l'open space, le travail à distance !
Et les open spaces que tout le monde craignait trop bruyants, trop sollicitants sont souvent … vides, morts … Leur fréquentation n'intéresse plus guère…
Les réunions d'équipe sont espacées ; certains y participent désormais à distance, de leur ordinateur et leur smartphone. Cela fonctionne !

Meilleures conditions de vie, gains de temps et d'efficacité, maîtrise des charges… On fonce ?
Mais la médaille comporte de sérieux revers. La créativité d'équipe avec la moitié des participants qui ne sont présents que sur leur écran, cela ne marche pas.
La relation managériale est appauvrie, l'absence d'interaction physique limite souvent l'objet des réunions à la diffusion d'informations. Ou développe des tensions qu'un échange physique direct aurait permis de résoudre.

La relation informelle, les échanges autour du travail, par laquelle tant d'interactions humaines se nouent, disparaissent dans les limbes du travail à distance et de la communication électronique.
Le travail à distance, en tant que tel, ne permet pas de « faire équipe ». Il est sec, et individuel.

Il y a aussi d'autres difficultés, d'équité, et d'intégration.
Le travailleur à distance travaille-t-il vraiment ? La question peut paraitre provocante, mais pourtant, si pour des travailleurs autonomes, aux objectifs clairs, on voit bien l'avantage de ce changement, dans d'autres cas, le risque d'abandon et d'iniquité est réel : certains en profitent pour travailler plus efficacement, alors que d'autres s'installent dans une organisation qui ressemble assez vite à … du temps partiel payé temps plein. Et cette iniquité provoque parfois des tensions internes.

Le management au quotidien devient plus difficile à organiser. Les plus précaires, ceux qui ont du mal à suivre, risquent fort d'en être les premières victimes. Marginalisation, et à terme départ de l'entreprise : ce sont des situations que j'ai connues pour des salariés peu solides professionnellement. Les risques pour eux sont bien réels, quand le manager s'éloigne.

On le voit, le travail à distance est à la fois une orientation à peu près inexorable, et une pratique qu'il faut bien penser, bien encadrer.
Mon expérience est d'ailleurs que dans les négociations sur des accords de télétravail, les syndicats sont prudents, souvent plus que les dirigeants…
Le risque de disparition du collectif de travail, ils voient bien en effet ce que cela signifie. La défense des intérêts collectifs, la vitalité sociale, se prêtent mal à la dispersion des collaborateurs. Et la protection des salariés les plus faibles risque d'être mise à mal par leur éloignement.

C'est un enjeu social, que de définir et de négocier les règles du jeu qui vont permettre d'encadrer le travail à distance, pour qu'il apporte une vraie souplesse sans faire disparaitre la force du travail d'équipe. Limitation du nombre de jours, réexamen régulier : des bornes sont fixées.

Pour les managers, c'est également un fort défi : pour rester présents et exigeants, ils doivent savoir mieux organiser les rendez-vous, parfois clarifier leurs attentes, mieux préciser les espaces d'autonomie, en somme, (en partie) se réinventer. Beau challenge !

 

 

Frédéric PÉRIN

Newsletter n°83 - Décembre 19

 

Pour réagir bulle pour réagir

 

puce Accès  puce Mentions légales  puce Partenaires  puce Contact  puce Plan du site
 

Copyright © 2020
IDée Consultants

twiter L'équipe d'IDée Consultants, cabinet de conseil en Ressources Humaines et Relations Sociales accompagne en conseil et formation, les entreprises pour leur développement économique et social.